On « fournit » à l'arrangeur une mélodie avec ou sans accompagnement et il est capable d'en faire une version aboutie complète. Il aide le compositeur en se chargeant de toute la partie technique. Il peut aussi transformer un morceau de musique joué dans un style pour l'adapter dans un autre. Il peut adapter — « arranger » — l'écriture d'une mélodie pour qu'elle convienne à un chanteur. C'est un technicien de la musique dans le sens de l'écriture.

En quelque sorte, le rôle de l'arrangeur est de mettre la bonne note, au bon endroit, par le bon instrument. Il lui faut posséder des connaissances de l'instrumentation. En principe, il doit pouvoir réaliser les partitions d'orchestre pour la musique classique et, plus rudimentairement les grilles harmoniques ou lead-sheets pour les exécutants en musique légère. Au plan de l'habillage musical en musique moderne (pop-rock, variétés), la partie la plus complexe est celle qui concerne les chœurs.

Le travail de structure d'un titre s'arcboute sur une bonne section rythmique : batterie, basse, piano et/ou guitare acoustique. Ensuite, à partir d'une voix témoin il est possible de procéder à l'ornementation ou aux fioritures. On applique aussi les « riffs » et « overdubs » ainsi que les motifs et leitmotivs. S'il est un point à observer dans la conduite du travail d'arrangement, c'est bien la sobriété ! Il faut à tout prix expurger le contenu de ce qui n'est pas essentiel à l'enjolivement d'un titre. Les règles en ce sens sont celles qui découlent d'une capacité à travailler avec bon goût et bon sens. À cet égard, une oreille exercée sera bon juge.